Voyage en Islande – juin 2018

Voyages : Récits, Photos, Conseils, Echanges

Islande itinéraire

Organisation et itinéraire de notre voyage en Islande

Notre rêve était de voir le soleil de minuit en Islande, ce qui impose donc un voyage au mois de Juin, bonne idée ?

 

5 bonnes raisons d’aller en Islande. 

– Sentir la force de la nature à l’état pur :

l’eau pure, l’air frais et l’activité géothermale rendent l’Islande la destination idéale pour absorber toute la force et la beauté de la nature.

– Vivre la rencontre du feu et de la glace :

volcanisme et glaciers, plages de sable noir, géothermie, sources chaudes, geysers, lagunes glaciaires et icebergs, champ de lave …

– Des paysages et des lumières fantastiques :

l’Islande est devenue récemment une destination très appréciée des réalisateurs pour tourner leurs superproductions cinématographique. Le pays a ainsi été le lieu de tournage de célèbres films comme James Bond, Batman Begins, Oblivion avec Tom Cruise et même Games of Thrones. Les paysages lunaires, lagon de glace et autres merveilles, contribue en effet à faire du pays la destination de voyage ultime.

– Voir des animaux évoluer dans leur milieu naturel :

les baleines qui viennent s’accoupler ici, les phoques,  les renards bleus (avec beaucoup de chances), oiseaux, dont les oiseaux de mer tels que les macareux, les sternes, les fulmars, et autres guillemots, les oiseaux de littoral, comme les chevaliers, les huitriers- pie, … et les oiseaux d’eau douce comme les canards, les grèbes, les cygnes et plein d’autres espèces qu’on a découvert là-bas ; il y a aussi les milliers de moutons et de chevaux islandais, ainsi que quelques rennes. Les vaches sont plus difficiles à voir, elles ne sortent que les jours sans mouches.

– Profiter du soleil de minuit (ou des aurores boréales à d’autres saisons) 

5 raisons de ne pas y aller.

– Le coût de la vie sur place :

c’est un des voyages les plus chers côté logement et location de voiture (sans parler du 4×4) et le coût de la vie réduit considérablement les extras possibles sur place, restaurants ou sorties organisées, dès que cela fait appel à de la main-d’oeuvre. Côté alimentation, même en faisant des courses dans les supermarchés Bonus, les moins chers, la nourriture revient assez cher, surtout les produits frais.

– la météo très changeante et pour le moins vivifiante :

Amateurs de chaleur, de plages et de farniente, fuyez. Les bonnes journées existent (on a eu jusqu’à 18°C) mais ne sont jamais garanties.

– les distances et l’état des routes :

Et dire que certains font le grand tour en 10 jours … Nous avions délibérément allongé notre séjour pour raccourcir les étapes et réduire le kilométrage journalier, mais nous aurons parcouru entre 100 et 350 kilomètres par jour sur des routes étroites, et assez souvent des pistes dès qu’on sort de la nationale.

– l’industrie du tourisme :

l’Islande est victime de son succès. De trop nombreux cars de  touristes  s’agglutinent sur les sites proches de la capitale, ou sur la côte sud. L’été il y a plus de touristes que d’Islandais ;

beaucoup de  guesthouses ressemblent plus à des hôtels certes confortables mais on s’y retrouve entre touristes. Les contacts avec la population sont rares ;

l’explosion du tourisme pose quelques problèmes; Les islandais travaillent de très longues  heures par jour pour essayer de faire face et font appel à de jeunes venant de différents pays.

– la fragilité de la nature face au développement touristique :

même si l’Islande organise des parkings, des sentiers, des zones protégées pour les oiseaux en période de reproduction, les touristes ne sont pas toujours respectueux et de toute façon en surnombre vis-à-vis de cette nature fragile ;

si vous êtes découragés  ou … refroidis, vous pouvez sauter directement à nos coups de coeur ou nos photos pour éventuellement changer d’avis. Nous, ça nous donne envie d’y retourner en hiver pour voir une Islande plus authentique, les cascades glacées et les aurores boréales…

Mais est-ce bien raisonnable ?

Combien de jours pour découvrir l’Islande ?

Ce sera peut être notre seul voyage en Islande, on est enfin libre en Juin, nous décidons de prendre notre temps pour découvrir, à deux, cette île si extraordinaire.

En juin, les routes F du centre de l’île, sont encore fermées, le niveau des cours d’eau est trop élevé, il faut donc envisager faire le tour de l’île par la nationale 1. Les circuits vont de 1 à 2 semaines, mais pour profiter des régions traverser, sans faire trop de kilomètres par jour, il faut au moins deux semaines, nous nous décidons pour 17 jours, du 7 au 23 juin.

Quelle organisation, quel itinéraire ?

Nous contactons une agence locale, sur le site Evaneos, nous sommes rappelés le lendemain pour des questions complémentaires, et dans cet échange téléphonique, le circuit est quasiment bouclé, les principales étapes identifiées.  Renoncer aux presqu’îles du nord-ouest s’impose : trop loin et pas assez de temps. Nous abondonons l’idée du 4×4 : les pistes intérieures sont encore fermées en juin et c’est le double . du prix. Nous réservons les avions sur la compagnie WOW. L’agence locale s’occupe de la location de voiture et de trouver les hébergements en guesthouses pour équilibrer le parcours et répondre à nos centres d’intérêts.

Notre itinéraire : le tour de l’île en 17 jours via la nationale 1

Les étoiles sur la carte montrent les étapes,  la plupart du temps pour une nuit sauf 3 exceptions :

– les deux premières nuits à Hveragerði  pour visiter le cercle d’or,

– trois nuits à Mývatn pour profiter du lac, du volcanisme et des bains chauds.

– Enfin trois nuits à Stykkishólmur pour visiter la belle péninsule  de , faire une excursion à l’île de Flatey, et maximiser nos chances de voir le soleil de minuit.

Juin en Islande ?

Juin c’est le printemps, c’est le moment des jonquilles et des tulipes, les pistes réservées aux 4×4 (routes F) ne sont pas encore ouvertes. Il peut faire beau … ou pas.

Ce n’est pas encore la haute saison, les guesthouses sont loin d’être complètes, mais les cars de touristes sont déjà nombreux sur les sites les plus prisés et proches de Reykjavik. Les jours allongent de plus en plus, il ne fait jamais nuit, la lumière devient féerique, c’est magique, même si le soleil disparait derrière les montagnes.

Voir le soleil de minuit est donc possible, pour augmenter les chances d’en profiter, il faut être entre le 20 et le 22 juin sur une côte au nord et espérer qu’il ne se cache pas derrière des nuages ou dans la brume.

Merci encore à l’agence locale de nous avoir permis de voir cela une fois dans notre vie.

Face à la météo, quel équipement ?

La météo est pire qu’attendue, et notre équipement est un peu juste  (voir notre article sur le sujet)

islande-meteo-moral

Le matin où le moral était au plus bas face à la météo

Nos coups de coeur

Le glacier qui avance dans la mer, à Jokulsarlon

Les macareux dans la péninsule de l’Est, à Bakkagerdi

La sortie en bateau à Hauganes pour voir les baleines et le saut inespéré de l’une d’entre elles.

La péninsule de Snaefellsness, un condensé de l’Islande, qu’on a vu sous le soleil

La petite ville de Siglufjordur, pour son calme, l’accueil reçu à notre guesthouse, son restaurant sur le port, ses artistes, son musée de l’épopée du hareng, ses légendes…

Nos photos

Islande-iceberg sur la plage

Icebergs sur la plage

 

N’hésitez pas à nous poser des questions sur notre voyage

Vous aussi avez découvert cette destination ?

à quelle période de l’année ? quel temps avez-vous eu ? Comment s’équiper pour un séjour hivernal ?

Faites-nous profiter de vos expériences et bons plans en commentaires ci-dessous.

2 réponses

  1. Islande dit :

    Jai apprécié votre article, vraiment bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

suscipit dictum eget justo mi, quis, ut nec libero commodo vel,