Voyage en Islande – météo et équipement

Voyages : Récits, Photos, Conseils, Echanges

islande- krafla-neige-geothermie

Face à la météo, quel équipement ?

Malgré tous les articles lus sur le web avant de partir, malgré les conseils de l’agence locale, notre équipement n’était pas parfait, il est vrai que la météo est plus dure qu’imaginé, les températures ressenties avec le vent et l’humidité appellent un sans-faute côté équipement.

En Islande, il n’y a pas de mauvais temps, que de mauvais équipement (proverbe local)

La météo est pire qu’attendue :

Nous avons du vent, de la pluie, du brouillard, et même une tempête de neige. Du soleil un peu aussi : plusieurs fins de journée ensoleillées, ainsi qu’ une journée et une matinée complètes non consécutives.

Les fameux arcs-en-ciel sur les cascades ne peuvent  pas de se montrer sous le ciel plombé. Les températures varient en moyenne de 6°c à 13°C avec des pointes à 18°C et à 1°C et peuvent gagner ou perdre 10°C en une demi-journée. Elles baissent d’1°C dès que vous vous élever de 100 m en altitude.

Nous avons souvent les 4 saisons dans la même journée. Autant dire que dès que le soleil sort derrière les nuages, on l’apprécie et on essaie de garder la trace des lumières extraordinaires par des photos.

Quand il pleut et que le plafond nuageux est très bas, on se console en photographiant, les fleurs, les oiseaux, les moutons ou les poneys.  Nous n’avons pu pique-niquer qu’une seule fois dehors, le reste du temps, on a du se réfugier dans la voiture. On s’est souvent demandé comment faisaient les campeurs ou les cyclos pour se protéger du froid et de la pluie.

Sans doute, nous n’avons pas de chance, en consultant la méteo islandaise, on a l’impression chaque jour d’être au pire endroit pour le mauvais temps. Il parait que la pluie et la neige nous protège des mouches, en particulier  à Myvatn.

L’hiver par contre ne semble pas si froid :  -5°C , nous a-t-on dit, par rapport aux – 35°C que nous avons eu au nord de la Finlande, c’est doux ! Le problème est encore et toujours le vent, il est mesuré là-bas en seconde par mètres. Il peut bloquer les routes et tous les transports.

Côté équipement, comment faire face ?

Nous avions suivi les recommandations trouvées sur internet, à savoir, des vêtements de randonnées hivernales à plusieurs couches. Nous les avons même un peu étoffées, une première couche en polaire, une polaire, un veste de jogging  coupe-vent à capuche, parfois une doudoune en duvet avec capuche en plus, une veste de randonnée imperméable à capuche, une casquette, des gants et un tour de cou en polaire : de quoi lutter contre la vent qui s’engouffre dans le moindre interstice.

Notre erreur, pas de pantalons étanches

Ne pas s’être équipés de pantalons étanches style Kway ou Goretex. Nous avions pourtant des guêtres et des ponchos imperméables longs par dessus les vestes de randonnées pour protéger les appareils photos de la pluie et nous pensions que ce serait suffisant pour les jambes mais le vent soulève les ponchos, nous avons souvent les jambes trempées.

Heureusement, nos pantalons de randonnées sont à séchage rapide. Bannissez les jeans épais (d’ailleurs ce n’est pas écologique). Notre conseil, pour ceux qui ont déjà un pantalon en Goretex prenez-le : pour les campeurs c’est a priori indispensable, pour les circuits en voiture et hébergement au sec,  la mauvaise respirabilité du pantalon style Kway ne pose pas vraiment de problème, compte-tenu des températures et nous avons vraiment regretté cette pièce d’équipement.

Autre point d’attention, les chaussures 

Il va s’en dire que des chaussures vraiment étanches sont indispensables, les nôtres, surtout les miennes se remplissaient d’eau dès que nous marchions dans l’herbe détrempée. J’avais heureusement une deuxième paire, mais pour sécher des chaussures pas simple…

Notre conseil, s’équiper de chaussures vraiment étanches : les pieds mouillés, on résiste beaucoup moins au froid

Pratiques, les bouteilles thermos

Nous avons vraiment apprécié cet équipement.  Nous avons emmené 2 bouteilles de 600 ml, pour pouvoir se faire des boissons chaudes tout au long de la journée et elles ont été largement suffisantes et quantité et en tenue calorifique, à condition de les remplir d’eau bouillante chaque matin (il y a des bouilloires dans  toutes les guesthouses).

Nous avons suivi les conseils techniques de Décathlon en prenant des bouteilles plutôt que des mugs, moins isolants et mois étanches et deux petites plutôt qu’un grande. C’est plus pratique et il faut savoir que l’eau d’une bouteille commencée se refroidit plus vite de celle d’une pleine.

Et pour les appareils photos ?

Les ponchos permettent déjà de protéger le sac ou les appareils portés en harnais, en marchant. Mais pour faire des photos sous la pluie ou sous les embruns des cascades, ce n’est ni pratique ni suffisant.

Nous avons trouvé sur internet avant de partir, des manchons plastiques qui protègent l’appareil, le zoom et les mains avec un petit trou pour l’oeilleton, rudimentaire, simple, économique et ça marche avec une petite perte de confort pour zoomer mais plutôt de de risquer la survie de l’appareil, on fait avec.

Nous avons tardé à les installer mais quand la buée dans le viseur a mis un peu de temps à se dissiper, nous avons installé nos protections pour la pluie même si nos appareils photos  sont censés être tropicalisés.

Et si vous avez la chance d’avoir du beau temps, ces protections vous permettrons d’approcher les cascades en toute sérénité.

 

islande-myvatn-fumerolles

Terres de couleurs et fumerolles à Myvatn et protection de l’appareil photo

N’hésitez pas à nous poser des questions sur notre voyage

Vous aussi avez découvert cette destination ?

à quelle période de l’année ? quel temps avez-vous eu ? Comment s’équiper pour un séjour hivernal ?

Faites-nous profiter de vos expériences et bons plans en commentaires ci-dessous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

elit. leo. vel, mattis pulvinar ante.