Voyage en Mongolie : Séjour dans le Gobi

Voyages : Récits, Photos, Conseils, Echanges

Mongolie - le Gobi, chameau égaré dans les dunes

Formations rocheuses vertigineuses, canyon glacé et dunes de sables… Aride majesté de ces paysages lunaires au programme de cette grande aventure mongole, le Gobi, à découvrir au pas lent des chameaux de Bactriane.

Les plus hautes dunes de Khongor, 

les Trois belles du Gobi-Altaï : Baruun Saïhan, “la Belle Occidentale” ; Dund Saïhan, “la Belle Centrale” ; Züün Saïhan, “la Belle Orientale”, la plus haute des trois (2815 mètres).

Les dunes de Khongor, constituent l’amoncellement de sable le plus important du parc national du Gobi Gurvan Saïkan. D’une superficie de plus de 900 km², c’est une des plus grandes zones sableuses de Mongolie. S’élevant abruptement des plaines, elles font sans nul doute partie des plus spectaculaires du pays. Le vent souffle continuellement du nord vers l’ouest sur les dunes qui peuvent alors atteindre des hauteurs vertigineuses, entre 100 et 300 mètres à leurs plus hauts sommets. Elles s’étirent sur plus de 180 km de long pour une largeur pouvant atteindre par endroit 27 km. Les habitants appellent leurs imposantes dunes “dunes chantantes”, en raison du bruit que fait le vent en déplaçant le sable. Au delà des dunes, la steppe s’étend à perte de vue.

Ces dunes possèdent un attrait particulier de par leur impressionnante combinaison de couleurs, les dunes de sable se teintant de jaune pâle. Elles sont bordées au nord par une bande de végétation verte et luxuriante, délimitée par une petite rivière : Khongoriin Gol. Alimentée par des sources souterraines, cette petite rivière coule le long des dunes sur quelques kilomètres et forme ainsi une oasis au milieu du paysage asséché. Cette région est également très riche en fossiles et restes des dinosaures, ainsi qu’en gisement de minéraux.

Le soir, les dunes et les montagnes s’enflamment au soleil couchant avant que la nuit  révèle le ciel étoilé dans toute sa splendeur.

Les chameaux de Bactriane

Le chameau de Bactriane est endémique des steppes d’Asie centrale. Il a deux bosses remplies de graisse, contrairement au dromadaire que l’on trouve en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Beaucoup plus rare que son cousin, on en dénombre entre 1,5 et 2 millions, mais quasi-exclusivement sous forme domestique. Environ 950 chameaux de Bactriane vivent encore à l’état sauvage, principalement dans le désert de Gobi, en Mongolie et dans le Nord de la Chine. Il apprécie énormément les saxouls, cet arbuste épineux d’environ deux mètres de haut prolifère qui poussent au pied des dunes. et sert d’alimentation aux chameaux.

Le chameau de Bactriane est le plus imposant des chameaux. Il a une taille au garrot comprise entre 1,80 et 2,30 mètres, tandis que sa tête peut culminer à 3,50 mètres du sol. Les plus petites femelles pèsent 300 kg, tandis que les mâles dominants peuvent atteindre une tonne.

Il est recouvert l’hiver d’un long manteau laineux qui lui donne l’air majestueux, mais si vous le voyez en été, il l’aura perdu.

Errer dans le désert de Gobi à dos de chameau est l’expérience phare de tout voyage dans cette contrée reculée du globe. Du haut de votre monture, vous voyez le désert à la manière des éleveurs de chameaux du Gobi et découvrez les coins cachés de cette région inhospitalière. Mais attention, même si le rythme du chameau est plutôt lent, une randonnée à dos de chameau peut vite s’avérer fatigante ou inconfortable, mais un essai s’impose…

Nous avons déjà fait une petite balade en Ouzbékistan à dos de ces chameaux de Bactriane.

Les conseils de l’agence locale:

  • Assurez-vous de porter un pantalon long, des chaussettes et des chaussures fermées. Vous pouvez aussi rentrer votre pantalon dans vos chaussures avant la randonnée. N’oubliez pas vos chapeau, foulard, lunettes de soleil et crème solaire !

  • Monter sur un chameau (ainsi qu’en descendre) est sûrement le moment le plus impressionnant. Vous vous asseyez entre les deux bosses alors que le chameau est accroupi (jusque là, pas de soucis).  Il faut donc faire très attention au moment où le chameau se relève et bien tenir ses affaires personnelles (appareil photo notamment).

  • La selle se compose d’un tapis surmonté d’étriers. L’assise se fait entre les bosses de l’animal. L’animal est large, et il n’est pas rare d’avoir des courbatures.

  • Le rythme de la randonnée est lent, au pas. Votre chameau pourra être tenu en longe par un des guides locaux. Il faut cependant rester vigilant pendant toute la durée de la randonnée et ne pas avoir un comportement à risque ou qui puisse effrayer les animaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

justo neque. eleifend quis sit nunc lectus commodo venenatis venenatis, commodo dolor